Injustice envers les ânes

75 views

Dans un conte indien, un âne a été envieux du chien : “Le maître l’aime plus que tout, mais il ne me prête aucune attention, même si je le tire, porte des charges, me donne du mal. Peut-être que c’est parce que le chien est un lèche-bottes. Il remue la queue, saute devant le maître, saute sur ses genoux. Je devrais faire la même chose, peut-être que le maître m’aimera.”

Et voilà, le maître est rentré à la maison après avoir travaillé aux champs et s’est assis sur une chaise dans la cour. L’âne a sauté sur lui, remuant la queue, essayant de se hisser sur ses genoux et criant d’une voix sauvage, imitant un aboiement amical. Le maître, effrayé, a crié et le rêve cristallin de l’âne de devenir l’animal préféré est resté un rêve.

Ce conte reflète la plus grande injustice envers l’âne. Pourquoi l’a-t-on ridiculisé en le traitant d’imbécile, c’est tout simplement incompréhensible. Pour une raison quelconque, les actions des ânes étaient toujours comparées à celles des autres animaux. Par exemple, l’habitude connue des ânes de s’arrêter sur place s’ils n’aiment pas quelque chose.

Pour cela, ils sont grondés et pris en exemple de chevaux obéissants. Le cheval, en revanche, agit exactement à l’inverse : il s’envole immédiatement et court, ce qui n’est pas très raisonnable dans les régions montagneuses. On ne peut pas compter combien de chevaux sont tombés dans des précipices là où l’âne s’arrête et recule prudemment pour sortir d’un endroit dangereux. Alors, qui est plus intelligent ?

L’âne est plus petit que le cheval, mais peut porter jusqu’à 130 kg sur son dos (alors que le cheval pèse en moyenne 70 à 80 kg). L’âne a des sabots solides, il n’a même pas besoin de fers, même en montagne. Et est-ce un signe de stupidité ?

Dans l’Antiquité, l’âne jouissait d’un respect mérité. Et cela n’est pas surprenant : les chevaux n’étaient pas encore complètement domestiqués, les ânes faisaient tout leur travail – labouraient, transportaient diverses charges (c’était il y a environ 6 000 ans). L’ancêtre de la plupart des ânes domestiques était l’âne sauvage africain, qui vit encore dans les déserts du sud de la Nubie et de la Somalie. Les Sumériens, les habitants de l’ancienne Mésopotamie, ont domestiqué un autre âne, asiatique, mais ensuite le cheval a évincé l’âne des fermes humaines.

Les héros de la Bible avaient une bonne attitude envers les ânes. Abraham, Moïse et d’autres patriarches et rois les montaient. Dans la Grèce antique, les ânes étaient dédiés à Dionysos, le dieu de la fertilité et de la vinification.

À Rome, l’âne était l’animal sacré de Vesta, la déesse du foyer domestique. L’âne était considéré comme un animal médicinal : le célèbre médecin grec Hippocrate traitait de nombreuses maladies avec du lait d’ânesse. Et Pline l’Ancien (23-79 ap. J.-C.), écrivain et homme d’État romain, recommandait de traiter les maux de tête avec de l’eau que l’âne buvait.

Il est probable que l’âne ait été considéré comme un idiot au Moyen Âge, lorsque le cheval est devenu l’idéal de l’animal, le compagnon du chevalier occidental, l’ami fidèle du guerrier oriental. Pour atténuer l’intelligence et la noblesse du cheval, les contes ont commencé à attribuer à l’âne des traits de sottise. Il existe d’innombrables contes où l’âne est berné par le renard et le loup, le bœuf et le cheval, le lièvre et la corneille.

Cependant, dans les contes orientaux, on peut parfois apercevoir une trace de l’ancien respect. Par exemple, dans une fable indienne, on raconte comment un chameau et un âne ont décidé de traverser une rivière. Le chameau est arrivé au milieu et dit : “Frère âne, pourquoi hésites-tu ? C’est si peu profond ici, jusqu’à mon ventre.” – “C’est peu profond pour toi jusqu’au ventre, mais pour moi, cela me submergera complètement”, répliqua l’âne et refusa d’entrer dans l’eau. Et ensuite, le narrateur conseille de suivre l’exemple de l’âne et d’être prudents et sages.

Étonnamment, après des siècles d’injustice envers les ânes, nos contemporains les ont enfin appréciés. Mais il aurait été préférable qu’ils ne le fassent pas – les ânes se porteraient mieux. Parce que grâce aux qualités positives de l’âne – sa persévérance, sa prudence, son endurance – les militaires ont commencé à s’y intéresser.

Un conseiller militaire de l’Union soviétique en Irak décrit dans les années 80 les remarquables succès des dresseurs irakiens. Après leur formation, les ânes pouvaient traverser un champ de mines sans exploser, ou détruire une cible stratégique importante de l’ennemi (par exemple, non pas n’importe quelle voiture, mais celle dont ils avaient vu la photo).

Là où un autre animal aurait peur et se tromperait tout le temps, l’âne ira jusqu’au bout. Il y a des informations selon lesquelles, pendant la guerre Iran-Irak, un général iranien a été éliminé grâce à un âne. Et pendant la “Tempête du désert”, les ânes de l’armée irakienne ont fait exploser une batterie de missiles sol-air “Patriot” américaine et un dépôt de carburant militaire.

L’âne peut également être utilisé comme espion. Avalant une petite capsule qui “écoute” les sons dans un rayon de 3 km, l’âne s’approche des lieux où la technologie est rassemblée ou du quartier général… Qui se cacherait d’un âne stupide ?

La profession militaire de l’âne la plus humaine est celle d’ambulancier. En 1997, la Croix-Rouge australienne a rendu hommage aux services rendus par les ânes lors de la campagne militaire de 1915-1916. Murphy, un petit âne qui a évacué des milliers de soldats blessés du front vers les hôpitaux de campagne, a même reçu une récompense. Bien sûr, à titre posthume.

L’ânesse la plus célèbre est mentionnée dans la Bible, il s’agit de l’ânesse de Balaam. Le prophète Balaam chevauchait cette ânesse pour se rendre chez le roi des Moabites. Son voyage n’était pas pour le plaisir, mais dans le but de maudire les Israélites. À trois reprises, un ange avec une épée de feu lui barra la route. Mais Balaam, en raison de sa propre malhonnêteté, ne pouvait pas voir l’ange.

Cependant, son ânesse, étant un animal vertueux, pouvait parfaitement voir l’ange et s’indigna de la cécité de son maître au point de lui parler. Balaam fut surpris (ce qui est compréhensible) et, dans sa surprise, au lieu de prononcer une malédiction, il prononça une bénédiction sur les Israélites.

Deux ânes prétendent au titre de l’âne le plus célèbre. L’un d’eux a été inventé par le philosophe français Jean Buridan au XIVe siècle. Il étudiait la liberté de la volonté et donna cet exemple : si on place un âne entre deux tas de foin parfaitement identiques, il ne pourra pas choisir lequel manger, car ils sont identiques. Et l’âne mourra de faim. Aujourd’hui, on appelle « l’âne de Buridan » une personne indécise qui ne peut pas faire un choix.

Le deuxième âne célèbre n’est pas l’âne entier, mais seulement ses oreilles. Le roi de Phrygie, Midas, a été juge lors d’une compétition musicale entre Pan et le dieu Apollon. Il a attribué la victoire à Pan. En représailles, Apollon a ensorcelé Midas en lui donnant des oreilles d’âne. Midas était extrêmement gêné et cachait ses oreilles sous un bonnet.

Cependant, ses descendants étaient fiers et prétendaient même que les oreilles d’âne étaient le signe de leur ascendance divine. Ils affirmaient que tous les descendants de Midas avaient presque des oreilles d’âne (peut-être était-ce une petite déformation congénitale qui se transmettait héréditairement ?).

(Visited 71 times, 1 visits today)

Leave a Comment